Connectez-vous
Menu

Ghjurnate Internaziunale di Corti 2017 : Dimanche 6 Août


Rédigé le Mardi 8 Août 2017 à 19:01 | Lu 61 commentaire(s)


Ghjurnate Internaziunale di Corti 2017 : Dimanche 6 Août
Parce que les transports sont un enjeu stratégique et vital pour une île, notre pays doit aller plus loin dans l'organisation de ses transports extérieurs et intérieurs au-delà du cadre institutionnel contraint qui s'impose à nous aujourd'hui.
Pour cela, Corsica Libera présente dans le cadre des quaterni di l'indipendenza "i trasporti di dumane" qui ont l'ambition de couvrir progressivement le champ de la réflexion avec des propositions concrètes qui pourraient être l'organisation de nos transports dans la Corse indépendante de demain.

Assai mondu per stà à sente u dibattitu nantu à i referendu nantu à l'indipendenza cù i nostri amichi catalani è kanaki.


Mondu scemu per u dibattitu "Guvernu Corsu : custruimu a Nazione" : Evviva a Nazione Corsa !

Più di 1000 corsi aduniti per u meeting di Corsica Libera !

Si compie u meeting di #CorsicaLibera.

U sustegnu maiò di i corsi oghje nantu à u travagliu è a strategia di Corsica Libera ci danu forza è curagiu per cuntinuà nantu à a via vulsuta da u nostru populu !


Je veux m’adresser pour conclure mon propos à tous ceux qui ont consenti des sacrifices majeurs pour que vive le peuple corse. Ils sont nombreux, y compris dans cette assistance. Je vois des militants, je vois des familles… Tout ce qui est arrivé depuis un an et demi, tout ce qui arrivera demain, n’aura été possible que parce qu’il y a eu dans ce pays quatre décennies de combat acharné et opiniâtre. En 1976, au moment où la jeunesse corse s’est dotée d’un nouvel instrument de lutte, rien n’était envisageable par les moyens habituels de la démocratie tant celle-ci avait été abaissée, humiliée et verrouillée par Paris et ses relais dans l’île. À une heure où l’on peut enfin parler d’un gouvernement corse, même si un long chemin reste à parcourir, il n’est pas inutile de saluer tous ceux qui lui auront permis d’advenir.

Je conclurai par des mots répétés durant des années avec insistance, dans nos périodes heureuses comme dans nos années le plus difficiles.

Je les dirai aujourd’hui avec confiance et sérénité :

À populu fattu bisogn’à marchjà !

Evviva a Nazione !

Evviva a Corsica !