Connectez-vous
Menu

Corsica Libera réagit au projet de zone commerciale de Lucciana


Rédigé le Vendredi 20 Juillet 2018 à 18:00 | Lu 2737 commentaire(s)


- 17 millions de mètres carrés
- 5 milliards d’euros.

C’est en mettant ces deux chiffres en opposition que nous allons démontrer la situation ubuesque que veulent nous imposer les tenants de la finance et du profit à tous crins.
Le premier représente la surface impressionnante d’implantation de centres commerciaux en France.
Le deuxième est la somme investie par le gouvernement, sur cinq ans, pour lutter contre la désertification des centres villes en y relançant notamment l’ouverture de commerces.
Or la somme annoncée ne servira strictement à rien si la création de nouvelles zones commerciales n’est pas freinée de manière draconienne.
Ce modèle, considéré par les économistes comme un véritable fiasco, est largement remis en question partout dans le monde.

Pourtant c’est cette politique que d’aucuns veulent continuer à appliquer sur notre terre. Ceci malgré le rapport, voté à l’unanimité par l’Assemblée de Corse, ce 31 mai, qui définit la stratégie territoriale de régulation des surfaces commerciales. Il est évident que le chant des sirènes ne laisse pas indifférents les maires des communes concernées par l’implantation de centres commerciaux. Guidés par les alléchantes promesses d’embauches et autres profitables taxes fiscales, ces derniers affectent d’ignorer que leur nombrilisme communal est dévastateur pour les villes alentour. La multiplication des zones commerciales est synonyme de désertification des centres villes et détruit les zones de vie où se créent les véritables liens sociaux.

Corsica Libera considère que tout aménagement, y compris commercial doit rester dans une logique de territoire et toute décision ne doit pas dépendre uniquement du seul élu local. Les impacts négatifs de la création d’une zone commerciale sont trop importants dans le large périmètre urbain du Grand Bastia, comme ils le sont déjà pour la région CAPA.

Nous rappellerons, ici, que la grande distribution participe largement à l’augmentation de déchets inutiles tout en favorisant, par l’intermédiaire des galeries marchandes attenantes, l’implantation des grandes marques franchisées; ces marques, généralement francisées, dont l’essentiel du chiffre d’affaires nourrit des sociétés extérieures à la Corse.
Comme dans d’autres secteurs d’activités, il faut rapidement briser le miroir déformant et néfaste du modèle français et prendre les mesures nécessaires pour redynamiser les centres-villes en interdisant toute implantation de centres commerciaux.

Le projet d’une zone commerciale de ce type est prévu sur le territoire de la commune de Lucciana, Corsica Libera s’y oppose formellement; nous demandons aux élus de l’Assemblée de Corse de repousser fermement la demande de création d’un ensemble commercial déposée par SAS Fanti Promotion figurant à l’ordre du jour du mardi 24 juillet 2018.