Connectez-vous
Menu

Rachat du domaine de Santa Catalina


Rédigé le Mardi 10 Juillet 2018 à 08:00 | Lu 127 commentaire(s)


Corsica Libera se félicite de l’avancement du dossier concernant le rachat par la commune de Siscu du domaine de Santa Catalina où se situe le couvent éponyme.

Il y a plus d’un an, en janvier 2017, L’intervention de Corsica Libera avait contribué à contrecarrer des projets spéculatifs qui, sur fond de manœuvres procédurières, et de déclarations diffamatoires, visaient à faire main basse sur des terres et des biens patrimoniaux, tout en interdisant à de jeunes agriculteurs de s’installer ou de vivre de leur travail.

De « l’affaire Streiff » de Siscu, à la dénonciation récente du dévoiement de mesures fiscales favorisant la dépossession des Corses, en passant par le blocage d’une vente programmée de terres en Balagne (affaire des « Palazzi »), nous n’avons eu de cesse de mobiliser la société corse pour que les mesures vitales validées par le peuple, notamment le statut de résident, s’appliquent dans les faits d’une manière ou d’une autre.
Si l’Etat français bloque leur mise en place, il appartient à tous les Corses d’en faire respecter l’esprit, et au mouvement national dans son ensemble d’être le garant de cette reconquête.

Dans le cas du couvent et du domaine de Santa Catalina, nous savons que notre action a été, à un moment précis,  déterminante pour nous orienter vers un dénouement positif.

Aujourd’hui, des projets qui peuvent tout à fait intégrer la dimension agricole, dans une zone remarquable dont c’est la vocation première, permettent d’envisager l’avenir conformément à l’intérêt collectif, et à une logique de vrai développement: centre médicalisé ou maison de repos au sein d’un parc géré par des agriculteurs, musée de la mer et siège du parc marin du Cap, ...plusieurs pistes vertueuses existent qui nécessiteront, quel que soit le choix final, l’appui et l’implication de l’Assemblée de Corse, déjà bien engagée dans ce dossier.

L’église pourra être réouverte au public, et le peuple corse récupèrera ainsi un joyau de son patrimoine national.

La mobilisation sur ces questions et la campagne que nous avons initiée ont vocation à s’amplifier, mais nous sommes conscients que seule la participation du plus grand nombre, sans exclusive, est de nature à donner des résultats concrets.

Un paese da fà, un paese da liberà, pè campà da Corsi in terra corsa: què ghjè l’affare di tutti.