Menu

Sortie de crise du Covid19 : Corsica Libera communique 2/2


Rédigé le Jeudi 7 Mai 2020 à 13:35 | Lu 393 commentaire(s)


L'ensemble des acteurs économiques s'accordent à parler d'une saison "blanche". Nous ne pouvons rester les bras croisés et attendre que Paris nous dicte une nouvelle fois des modalités que nous pourrions mettre en place d’ores et déjà. Voici ce que CORSICA LIBERA soumet à l’opinion afin de limiter la crise économique annoncée par tous pour notre pays. Nos propositions se développent autour de quatre axes majeurs :

1/ Tout d'abord, prolonger effectivement la saison :
Les mois d’août et de septembre restent favorables à l’activité touristique habituelle. Les différentes observations que nous pouvons faire annoncent, avec toutes les réserves qu’il convient de considérer, une reprise de l’activité des transports aériens et maritimes au mois de juillet; toutes les mesures doivent être prises pour favoriser un étalement réel de la saison en
diversifiant l’offre et en incitant les professionnels à le faire par des aides ciblées. Certains circuits de découverte de notre pays sont susceptibles de drainer un public intéressé par d’autres aspects que les seules activités balnéaires. En répondant aux impératifs de la crise actuelle, nous pouvons d’ores et déjà orienter ce secteur important de notre économie vers une stabilisation qui le protège et lui permette de se développer en favorisant les circuits courts de production.
Répondre à l’urgence peut servir à préparer l’avenir.

2/ Une consommation locale de nos vacances
Nous invitons l'ensemble de notre peuple à rester en vacances en Corse durant la période estivale 2020. En d'autres termes, il est nécessaire de consommer local, y compris pour nos vacances. Cette mesure est d'ailleurs une mesure prudente sur le plan sanitaire. A ce titre, Il appartient aux professionnels du tourisme (hôteliers et restaurateurs) de diversifier et rendre attractives leurs offres pour permettre l’accès à tous les résidents corses au sein de leurs établissements.
L'effort national doit se décliner à tous les niveaux. Le statut de résident aurait représenté ici un intérêt tout particulier. En effet, nos citoyens conscients des difficultés économiques que le secteur du tourisme va rencontrer, et soucieux d'apporter leurs modestes contributions, doivent jouer un ticket gagnant-gagnant.

3/ Un contrôle sanitaire de l'ensemble des personnes entrant sur notre territoire
Un contrôle systématique de toutes les personnes voulant se rendre en Corse au départ de la destination apparaît aujourd'hui comme une condition sine qua none à leurs déplacements. Le contrôle pourrait se décliner de différentes manières. Une des solutions envisagées seraient d'effectuer un test sérologique sur toutes les personnes voulant se rendre en Corse.
Le fait de tester tous les passagers, et de n'accepter que ceux qui ne présentent pas de signe positif du COVID-19, permet à la fois de sécuriser nos citoyens et les visiteurs. La destination "CORSE" deviendrait alors une des seules destinations en Europe où les séjours sont sécurisés.
Cette mesure permettrait d'augmenter l'attractivité de la destination et ainsi limiter les pertes économiques annoncées pour notre pays.

4/ Une rupture radicale avec la dépendance
Le « jour d‘après » ne doit pas rester une réaction épidermique ou une simple formule édictée à l’heure actuelle par les professionnels français de la communication et de la politique. Notre devoir de patriote corse est de donner corps à ce renouveau de la société, en tirant les leçons et le bilan du marasme sanitaire et économique induit par la gestion catastrophique de l’Etat français.
Cette crise terrible a démontré l’insuffisance de moyens humains et matériels au sein des établissements hospitaliers français et surtout, en ce qui nous concerne, la nécessité d’infrastructures dignes de ce nom. Nous rappelons au passage que nous sommes le seul territoire ne disposant pas d’un CHU. Au travers de l’ARS, nous avons eu la démonstration qu’à l’heure actuelle, la politique publique est inadaptée et inapplicable en l’état en Corse. Seuls le dévouement et le courage des personnels soignants nous ont permis jusqu’à présent de combattre victorieusement le Covid-19.
L’opération médiatique du porte-hélicoptères Tonnerre, au-delà de la compétence et du dévouement du personnel soignant mobilisé pour la circonstance, est venue conforter notre subordination à la puissance coloniale en marquant, vis à vis de celle-ci, notre dépendance.
Dans bien des domaines, il s’agit donc de nous débarrasser de cet assujettissement.

Il s’agit de donner une orientation nouvelle, qui permette de développer une véritable économie corse trop longtemps sacrifiée sur l’autel de l’économie spéculative. Les régions de Corse qui ont sacrifié leur patrimoine immobilier, leur environnement, la possibilité de produire quoi que ce soit, notamment sur le plan agro alimentaire, sont les plus touchées par la crise. Elles devront remettre impérativement en question leur modèle de développement.
Nous devons écrire un autre scénario pour notre pays, afin de nous mettre à l’abri des aléas, qu’ils soient d’ordre sanitaire ou économique. Le constat est aujourd’hui patent pour chacun d’entre nous: la dépendance nous ruine, lorsqu’elle ne nous tue pas.
Ce projet, à la fois ambitieux et vital, fera l’objet de nos communications à venir.



Facebook
Twitter
Dailymotion
YouTube